Concurrence déloyale dans l'aérien : le hub européen toujours menacé 20/03/18

COMMUNIQUE I Suite à l'adoption en TRAN du rapport Markus Pieper, dit "réglement 868", contrôlant les pratiques des compagnies aériennes des pays tiers dans le ciel européen

La Commission Transports du Parlement européen a adopté ce matin, contre l'avis du groupe Vert, le rapport du député PPE Markus Pieper, dit "réglement 868", contrôlant les pratiques des compagnies aériennes des pays tiers dans le ciel européen. En filigrane, le texte devait apporter une réponse efficace à la menace du moment: la concurrence déloyale des compagnies du Golfe, qui sont responsables de la fermeture de nombreuses routes directes, vers l'Est et l'Asie en particulier, jusqu'alors assurées par des compagnies aériennes européennes. Pour la députée européenne Karima Delli:

"Le rapport voté ce matin rate son but. Il s'agissait de doter la Commission européenne d'un outil efficace de lutte contre les pratiques anticoncurrentielles, en renforçant ses pouvoirs d'enquête et de sanction. L' enjeu est de taille, alors même que des négociations en vue d'un accord commercial aérien sont engagées entre l'Union européenne et le Qatar depuis plusieurs mois. Le résultat est donc décevant, car la Commission européenne n'aura pas le pouvoir d'appliquer efficacement des mesures de rétorsion commerciale contre ces pays en cas de préjudice.

Les conséquences ne porteront pas seulement sur la fermeture de certaines liaisons directes vers des pays tiers. C'est toute la connectivité intra-européenne qui pourrait en être affectée, car la plupart des compagnies aériennes européennes, assurent des liaisons intra-européennes, en acheminant les passagers de toute l'Europe vers leur hub, avant de les envoyer sur leurs vols long-courriers. Un instrument de défense commercial plus efficace aurait permis, à l'inverse, de mieux protéger la connectivité générale du hub européen. Je crains maintenant pour la fermeture de nouvelles routes et la perte des emplois associés."

Pour rappel, il est régulièrement dénoncé que les trois compagnies principales du Golfe, Emirates, Qatar Airways et Etihad, reçoivent des milliards de subventions déguisées de la part des États, grâce à des redevances aéroportuaires parmi les plus faibles au monde et une fiscalité avantageuse sur le carburant.

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be