AFP > Transport routier : la France remporte une bataille au Parlement européen 14/06/18

PRESSE I Dépêche AFP suite au vote du 14 juin 2018 pour contester les mandats de négociations en trilogues pour les volet social du paquet mobilité.

Les eurodéputés français ont remporté jeudi une bataille au Parlement européen sur la réforme des règles sociales concernant les chauffeurs routiers, renvoyant au mois prochain l'ensemble des propositions pour une nouvelle discussion.

Les députés européens, réunis en session plénière à Strasbourg (est de la France), ont bloqué - en votant contre - le mandat de négociation arraché le 4 juin dernier par la commission Transport du Parlement.

Sous la pression des Européens de l'Est, cette commission avait obtenu le mandat de négocier avec le conseil de l'UE, représentant les Etats membres, les nouvelles règles pour le transport routier sur la base de propositions faites par la Commission européenne le 31 mai 2017.

Mais aux yeux des élus français, tous partis confondus, la commission Transport du Parlement défend des positions qui favorisent une "concurrence déloyale" et le dumping social, qui entraîneraient une régression des conditions de travail des chauffeurs routiers.

Après le blocage de son mandat de négociation, les députés européens français espèrent que le Parlement "réajustera le tir"en juillet, lors de la prochaine session plénière.

"C'est une victoire pour le transport routier français, nos entreprises et nos chauffeurs!", se sont félicités les eurodéputés français LR Franck Proust et Renaud Muselier, dans un communiqué.

"Cette victoire est avant tout une victoire contre la libéralisation à marche forcée du transport routier de marchandises", a renchéri l'eurodéputée écologiste Karima Delli.

Sa collègue socialiste, Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy, prévient toutefois que "la bataille n'est pas terminée".

"Nous allons rouvrir les dossiers en plénière pour nous défendre contre la libéralisation", a-t-elle commenté.

Depuis que la Commission européenne a proposé le 31 mai 2017 de réformer les règles sociales de ce secteur, deux blocs s'affrontent: les pays de l'Est, auxquels se sont alliés le Portugal et l'Espagne, d'une part, et de l'autre, les pays de transit, la France, l'Allemagne et le Benelux.

Les premiers accusent de protectionnisme les seconds, qui eux leur reprochent d'encourager le dumping social.

Les gouvernements bulgare, polonais et hongrois "sont en train de vendre leur main d'oeuvre en quelque sorte comme esclave", avait accusé mardi Alain Sutour, responsable international du transport routier pour le syndicat français CGT, lors d'un point presse à Strasbourg.

 

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be